Simplication

des procédures, des formulaires, des objets et des concepts

sobriété

Rédigé par dir 3 commentaires

                                                  les commentaires (à la fin) sont très nombreux

 

22/02/2022 (Ô le palindrome !) 


La sobriété (décroissance et simplification) consiste à ajuster l'usage aux besoins (c'est le J de "juste suffisant", la 10ième règle de simplification).   

On constate depuis longtemps l’empilement de normes, le foisonnement des moyens de communication, les surconsommations (envenimées par l’obsolescence programmée). En conséquence l’objectif poursuivi se retrouve freiné dans sa progression, parfois hors d’atteinte, voire détourné. 

Pour diagnostiquer le manque de sobriété il faut dénombrer, revenir aux principes fondateurs et questionner l'utilité. 

Les 3R (regrouper, remplacer et rejeter) sont les moyens d’action à assortir parfois de pratiques d’accompagnement - les nudges-. 

Sans discernement la réduction présente les risques de toute ablation et certains objectent que l’abondance ou le détail sont marques de diversité et de démocratie. Enfin beaucoup craignent que la sobriété -même dite heureuse - ne réduise les plaisirs.

À titre d’illustration, 61 principes du Code du travail peuvent régir les 8.000 articles qu’il contient. Restent en suspens le maquillage des femmes et la proposition d’une réflexion sur les urgences hospitalières.   

Pour citations, un système est parfait quand on ne peut plus rien lui retrancher (Saint-Exupéry) et riche de dépossessions (Barbara) 

Classé dans : théorie Mots clés : aucun

similitudes

Rédigé par dir Aucun commentaire

Les similitudes peuvent évoquer la simplification car elles mettaient en évidence une répétition dont un potentiel allègement de la description. Les similitudes se trouvent dans toutes les disciplines : les mathématiques (des symétries jusqu'aux fractales), le vivant (les pétales de fleur, les mamifères), la chimie (les cristaux, la neige), l'optique, les arts (l'architecture, les vers de la poésie, la peinture), la musique (la translation des thèmes et les variations) voire les relations humaines (par les réciprocités).

Notre cerveau trouverait-il des structures et des formes parce qu'il est construit pour les reconnaître, comme une paréidolie ? Les grecs recherchaient dans la symétrie ("mesure commune") l'harmonie entre les éléments.

Les causes et les moteurs qui créent la similitude sont l'optimisation. Avec 5 ou 6 côtés égaux l'espace s'organise au mieux (argiles en dessiccation, alvéoles des abeilles), avec 2 côtés identiques, la sélection naturelle s'active (et la bête échappe au prédateur).

La nature est ainsi imprégnée de similitudes et il n'est pas étonnant que nous, qui y sont incorporés, les façonnions à notre tour et les repèrions aisément dans les oeuvres. Les similitudes participent à la simplification et à l'optimisation.


Classé dans : théorie Mots clés : aucun
Fil RSS des articles